Jaguar
Marlene Monteiro Freitas

Exubérante, c’est peu dire ! « Quoi que je fasse, je suis du côté des affects, des émotions », confie la chorégraphe cap-verdienne Marlène Monteiro Freitas, qui invente, comme dans le fabuleux solo Guintche, ou encore dans le bal grotesque de Marfim e Carne des créatures étranges et hybrides. Jaguar, duo écrit avec Andreas Merk, puise ses sources du côté de l’art brut (Adolf Wölfli) et des débuts de l’expressionnisme allemand, en passant par les contes d’Hoffmann et Mandinga, figure du carnaval capverdien. À l’arrivée : un théâtre de manipulation, où l’on ne sait plus qui tire les ficelles, hanté par des bribes de musique classique et des bruits de mouches, des applaudissements impromptus et des hymnes d’amour qui rugissent à plein tube.

 

Distribution
Production
création 2016